Krystian Zimerman facebook

Ecrit par André Tubeuf: Krystian Zimerman

Il n’y a rien qu’on puisse dire ou décrire des trois dernières sonates de Beethoven enfin jouées par Zimerman, groupées, les trois comme une seule et même. Il a pris le temps de les méditer, il s’est mis à leur hauteur morale (la hauteur technique allant de soi), il ne les affronte pas en challenger mais les regarde dans les yeux et les joue comme si la Grande Ombre les lui avait promises, et que lui-même n’ait eu qu’à grandir, lentement, prudemment. Aussi nous les livre-t-il définitives : la forme elle-même, accomplie dans la sonorité; et en même temps la forge, l’acte du titan à l’œuvre. L’évidence subjugue. Et le critère de la réussite au fond va être bien simple : cet air d’accomplissement joyeux  sur le pianiste à la fin, mieux qu’un sourire. Plus d’un sera reparti avec le sentiment de n’avoir pas entendu de la musique seulement, et la plus belle, la plus noble du monde; mais d’avoir assisté à quelque chose d’un autre ordre, une rencontre à un autre niveau.

Salle Pleyel, le 6 juin 2014

 

André Tubeuf

Source: http://blogs.qobuz.com

 
 
 
Powrót
 
© 2010-2014 by Krystian Zimerman
Produced by JMC

Używamy cookies i podobnych technologii m.in. w celu świadczenia usług i w celach statystycznych. Możesz określić warunki przechowywania lub dostępu do plików cookies w Twojej przeglądarce, w jej ustawieniach. Jeżeli wyrażasz zgodę na zapisywanie informacji zawartej w cookies, kliknij „Zamknij”. Jeżeli nie wyrażasz zgody – zmień ustawienia swojej przeglądarki. Więcej informacji znajdziesz w naszej Polityce cookies

Zamknij X